Les différents types d’épargne pour préparer sa retraite

retraite

Publié le : 24 octobre 20225 mins de lecture

Après le départ en retraite, les revenus diminuent. Pour vivre confortablement après l’arrêt d’activité, il est conseillé de mettre de côté de l’argent pour préparer votre retraite. Il existe actuellement plusieurs solutions pour épargner. Comment faire le bon choix ?

Les différents types d’épargne pour préparer la retraite

Pour réaliser des épargnes, les livrets sont certainement les plus répandus : Livret A (limité à 29 500 euros), LDD ou Livret de Développement Durable (avec un plafond de 12 000 euros), Livret B et LEP ou Livret d’Épargne Populaire. Les sommes versées sont disponibles à tout moment. En cas de besoin, il est donc possible de réaliser un retrait ou un virement. Le LDD et le livret A affichent une rémunération de 0,5 % par an, contre 1 % pour le LEP. Ces livrets ne sont soumis ni à des prélèvements sociaux ni à des impôts.

L’assurance vie est un produit d’épargne très attractif. La flexibilité au niveau des rachats et des versements est d’ailleurs un atout majeur. Après 8 années de détention, le souscripteur bénéficie d’un abattement ouvrant droit à une exonération d’IR. Pour maximiser les gains, il est possible d’investir dans des fonds en euros, des fonds d’investissement, des produits structurés et bien d’autres encore. Il faut néanmoins se préparer, car il y a un risque de perte en capital. Le PEA ou Plan d’Épargne en Actions permet aussi de profiter d’une fiscalité attrayante. Il est toutefois recommandé de se faire accompagner par un expert du secteur pour minimiser les risques. Pour plus d’informations sur les produits d’épargne retraite, rendez-vous sur la page de rapanui sur rapanui.fr.

Les épargnes dédiées à l’immobilier

Le Plan d’Épargne Logement ou PEL est rémunéré à 1 % par an avec une obligation de versement annuel. Attention ! Le rachat est soumis à des conditions particulières. Au final, cette solution est à éviter. La SCPI ou pierre-papier est accessible même aux petits budgets. Le ticket d’entrée varie néanmoins selon la société. Les risques sont mutualisés et les loyers sont stables. En plus de cela, le propriétaire ne paie ni charges ni taxe foncière puisque le revenu perçu est net d’impôt. En tout cas, le rendement est très intéressant, aux alentours de 4,5 % par an. Le démembrement est aussi envisageable. Dans ce cas, vous achetez soit la nue-propriété, soit l’usufruit.

Si les moyens sont suffisants, il est plus judicieux d’investir dans l’immobilier. D’ailleurs, les taux sont très bas ces dernières années. C’est donc un excellent moyen pour se constituer une épargne ainsi que des revenus supplémentaires tous les mois. De plus, de nombreux dispositifs sont encore en vigueur permettant de défiscaliser pendant une période définie à l’instar de la loi Pinel ou du dispositif Malraux.

Les autres solutions d’épargne

Pour épargner sur le long terme, optez pour le PER ou plan d’épargne retraite. Le PER Individuel est alimenté par le souscripteur lui-même au gré de ses envies. Les montants versés sont déductibles du revenu imposable. L’argent est normalement bloqué jusqu’à la retraite, sauf dans des cas particuliers. Le PER collectif par contre est proposé par l’employeur.

Le plan épargne retraite populaire ou PERP est un contrat d’assurance individuelle ouvert auprès d’une mutuelle, banque ou assurance. L’argent est distribué sous forme de rente viagère ou de capital après la retraite. Il y a également le contrat Madelin accessible uniquement aux professionnels indépendants et aux personnes exerçant une profession libérale. La rente viagère perçue est soumise à l’IR.

Le produit d’épargne Prefon peut aussi être une bonne alternative pour profiter des avantages fiscaux intéressants et faire fructifier son argent. Ce régime est néanmoins réservé aux fonctionnaires de l’État, des hôpitaux et des collectivités locales. Le capital et les intérêts ne sont débloqués qu’au moment du départ à la retraite. La sortie en capital ne peut cependant excéder 20 % de la valeur totale du contrat.

Seniors : quelles garanties de santé privilégier ?
Délai de carence de l’assurance santé : peut-il être négocié ?

Plan du site